Chiffres clés
Chaque mois, vous trouverez ici les derniers résultats mensuels du marché de l’ameublement, calculés par l’Institut d’Etudes et de Promotion de l’Ameublement.

Au-delà de la conjoncture, vous y trouverez aussi des éléments d’analyse des évolutions du marché. Les liens vous permettront d’aller plus loin encore auprès d’organismes spécialisés.

Evolution du marché (01 octobre 2018)

Le marché se contracte à nouveau au mois d’août de 3,5%. Ce second recul d’affilée était prévisible au vu de la forte performance de ce mois durant l’exercice précédent. La chute est toutefois moins marquée qu’au mois de juillet. On notera néanmoins que sur le bimestre juillet-août, le marché recule de 6,7% en valeur alors que la croissance sur ces deux mois en 2017 était de 8,7%. Encore une fois et sans surprise, ce sont les magasins de l’ameublement milieu haut de gamme qui sont les plus en difficulté sur le bimestre qui vient de s’écouler alors que les spécialistes literie commencent à marquer le pas également. Les spécialistes cuisine résistent mieux alors que du côté de la grande distribution les performances sont très disparates d’une enseigne à l’autre.

Sur 8 mois, le marché est en totale opposition avec les résultats des deux exercices précédents. Il recule ainsi de 2,3% avant un mois de septembre qui devrait encore être compliqué avec un référentiel 2017 à +8%. Le dernier trimestre devrait toutefois être propice à un retour de la croissance puisque l’exercice 2017 présentait des résultats étals sur la période à seulement +0,2% de croissance, malgré un bon mois de novembre à +5,7%.

Source : IPEA

indicateurs insee (23 juillet 2018)

Croissance économique : +0,2% au 1er trimestre 2018

Inflation : +2% en juin 2018

Consommation des ménages en biens : +0,9% en mai 2018

Indice des prix à la consommation (ensemble) : 103,05 en juin 2018  (+2,1% annuel)

Indice de référence des loyers commerciaux (ILC) : 111,87 au 1er trimestre 2018 (+2,2% annuel)

Indice de référence du coût de la construction (ICC) : 1671 au 1er trimestre 2018 (+1,3% annuel)

Tout le détail de ces indicateurs sur www.insee.fr

indicateurs sociaux (23 juillet 2018)

A compter du 1er janvier 2018 :

SMIC
- horaire : 9‚88 € (contre 9,76 en 2017)
- mensuel : 1498,47 € (contre 1480,27 en 2017)
      
SALAIRES MINIMA CONVENTIONNELS

La  grille conventionnelle du 19 avril 2018 est applicable depuis le 1er mai 2018 (grille disponible dans l'espace adhérent). Le groupe 1 est à 1502 euros pour 151,67 heures mensuelles.

MINIMUM GARANTI (MG) 2018 : 3,57 €

PLAFOND SECURITE SOCIALE 2018
- mensuel brut : 3 311 € (contre 3 269 € en 2017)
- annuel brut : 39 732 € (contre 39 228 € en 2017)

2017 : troisième exercice consécutif en croissance (15 février 2018)

Le marché du meuble poursuit sa croissance en 2017 sur un rythme proche de celui des deux exercices précédents. Ainsi, après +2,4 % en 2015 puis +2,3 % en 2016, le marché progresse à nouveau de 2,0 %. En 2017, le marché aligne ainsi son troisième exercice consécutif en croissance, une première depuis la période 2004–2007 qui avait vu la croissance du marché perdurer sur quatre ans. Le marché gagne ainsi 200 millions d’euros en valeur pour s’établir à 9,76 milliards d’euros TTC et retrouver ainsi un niveau proche de celui qui était le sien avant la crise du début des années 2010.

Attention toutefois, malgré un résultat de fin d’année plutôt flatteur, il convient de noter que les performances du marché tout au long de l’année auront été globalement erratiques et qu’il doit ce résultat, assez inattendu au vu de son premier semestre, en grande partie à un troisième trimestre hors norme en termes de croissance.

Si, sur les deux exercices précédents, les soldes d’hiver avaient été synonymes de croissance, cela n’aura pas été le cas en 2017 et le secteur aura débuté l’année par une contraction de son activité de 6,8 % en janvier. Le marché aura ainsi dû composer avec un premier mois en fort recul, qui aura pesé lourdement sur son chiffre d’affaires du premier semestre. En effet, si l’on retire les performances du mois de janvier, et malgré des résultats erratiques, le marché enregistre sur cinq mois, entre février et juin, une croissance supérieure à 1 %.

Si le marché est tout de même parvenu à limiter les pertes en clôturant les six premiers mois sur un recul d’activité de seulement 0,4 %, le troisième trimestre lui aura permis de véritablement redémarrer en enchaînant pendant trois mois des performances exceptionnelles, se traduisant par une croissance cumulée sur la période juillet-septembre de 8,5 %. Cette bonne période aura également permis de compenser les résultats plus mitigés du dernier trimestre.

cuisine et literie dominent le marché (15 février 2018)

Si l’année 2017 aura permis à certains segments d’enregistrer de belles progressions, comme par exemple la cuisine, la literie et le rembourré, pour d’autres segments, l’exercice se sera révélé plus difficile. C’est par exemple le cas du meuble meublant dont les ventes parviennent tout juste à se maintenir et du meuble de salle de bains qui ne parvient toujours pas à redémarrer.

 

:: La cuisine enregistre la meilleure performance du marché en 2017. Le marché a pu profiter d’une activité soutenue dans l’immobilier neuf comme ancien. L’engouement des consommateurs pour la cuisine intégrée est toujours vif et le taux d’équipement des ménages français demeure encore un des plus faibles d’Europe, laissant entrevoir de belles perspectives de développement pour les années à venir. Sur l’exercice qui vient de s’écouler, ce sont bien évidemment les spécialistes cuisine qui enregistrent les meilleures performances. La grande distribution ameublement, qui avait mal débuté l’année sur ce marché, a su se rattraper au second semestre pour terminer l’année en croissance.

 

:: Le segment literie est encore en progression en 2017, sur un rythme toutefois moins soutenu que celui des deux exercices précédents. Le marché aura encore une fois été très fortement rythmé par les promotions et les remises tout au long de l’année, ce qui peut expliquer en partie ce ralentissement de la croissance. Les enseignes de la grande distribution ameublement reprennent la main sur les spécialistes literie cette année. Ces derniers ne progressent que faiblement et restent loin des performances de la grande distribution ameublement sur l’exercice. On notera aussi les très bons résultats de la vente en ligne, mais sur des volumes d’activité moindres toutefois. Les ventes de literie de 160 cm et plus continuent de se développer auprès d’un consommateur de plus en plus à la recherche de grandes tailles.

 

:: Le segment du meuble rembourré poursuit sur sa lancée des deux exercices précédents et voit encore ses ventes progresser en 2017. Comme tous les ans maintenant, les écarts de performances continuent de se creuser entre les canapés et fauteuils d’un côté, qui enregistrent des résultats plus que satisfaisants sur l’ensemble de l’année, et les banquettes de l'autre, qui n’en finissent plus de voir leurs ventes reculer, même en ce qui concerne la vente en ligne. La multiplication des offres premier-prix, aussi bien sur Internet qu’en magasin, en ce qui concerne le canapé convertible, font que ce produit devient maintenant le premier concurrent de la banquette.

 

:: En ce qui concerne le marché du meuble meublant, seules les enseignes de la vente en ligne peuvent se vanter d’afficher des performances dignes de ce nom. En ce qui concerne les enseignes physiques, l’accent est mis sur d’autres rayons comme la literie ou la cuisine, autant dans la communication qu’en magasin, ce qui amène les ménages à arbitrer en défaveur du meublant lors de leurs achats de meubles ces dernières années, reflet d’une réduction flagrante de l’offre exposée par les distributeurs. Malgré le fait que le meuble meublant demeure le premier poste de dépenses de meubles des Français, ce n’est plus lui qui impulse la tendance du marché. En 2017, les ventes se maintiennent tout juste et ses performances tagnent depuis maintenant quatre ans juste au-dessus des trois milliards d’euros.

 

:: Le meuble de jardin s’affiche en croissance sur l’exercice 2017. Il aura pu profiter d’un printemps ensoleillé et avec des températures parfois caniculaires très tôt dans l’année, ce qui aura bien lancé la saison et lui aura également permis de s’étirer dans le temps un peu plus que d’ordinaire.

 

:: Enfin, en ce qui concerne les meubles de salle de bains, le segment ne parvient toujours pas à redémarrer. Malgré les bonnes performances observées sur le marché de l’immobilier, auquel pourtant le marché de la salle de bains est intiment lié, les ventes du segment sont encore en recul. Comme pour le meuble de jardin, ce segment est maintenant préempté par les enseignes de bricolage qui jouent majoritairement le prix malgré certaines mises en scène réussies. Le « gap » entre l’offre des GSB et des spécialistes s’accroît, nécessitant une offre globale des spécialistes encore plus riche en termes de produits et de services pour se démarquer. Les limites actuelles du développement de l’offre des spécialistes s’expliquent avant tout par les plombiers-sanitaristes qui ont encore une fois privilégié les ventes de systèmes de chauffage en 2017.

la grande distribution ameublement moins performante en 2017 (15 février 2018)

:: Comme en 2016, les spécialistes cuisine enregistrent la meilleure progression du marché. La reprise soutenue du marché de l’immobilier ainsi qu’une communication permanente auprès du consommateur permet aux spécialistes de développer encore leurs ventes sur un marché de la cuisine intégrée pour lequel de nombreux ménages restent à équiper.

 

:: Même si elles font moins bien que le marché, les enseignes de l’ameublement milieu de gamme continuent de voir leur chiffre d’affaires progresser en 2017. La croissance est cependant limitée, mais permet toutefois de stabiliser un circuit pour lequel le début des années 2010 aura été extrêmement difficile. Encore une fois, c’est grâce au segment des meubles rembourrés que le circuit parvient à tirer son épingle du jeu, puis au meuble meublant, largement abandonné par la grande distribution. Si les bons résultats sont présents dans les grandes enseignes nationales, les magasins indépendants peinent encore pour bon nombre d’entre eux à sortir la tête de l’eau.

 

:: La grande distribution ameublement progresse faiblement en 2017, avec des résultats toutefois inégaux d’une enseigne à l’autre. Attention au segment du meuble meublant, dont les espaces de vente se réduisent dans de nombreux magasins au profit du rembourré, de la literie ou de la cuisine. Cette diminution des surfaces de vente se traduit par un chiffre d’affaires en fort recul pour certains sur ce segment, qui reste pourtant le premier poste de recettes du circuit, et cela laisse toute liberté aux acteurs du e-commerce pour se développer…

 

:: Parmi les autres circuits du marché, on notera notamment les bonnes performances du e-commerce qui continue de développer son activité sur un secteur qui est maintenant perçu comme un élément stratégique dans son offre globale. Afin de développer le chiffre d’affaires du mobilier et de faire progresser un panier moyen qui reste encore très bas, de nombreux acteurs de la vente à distance tentent de monter en gamme et testent des concepts de points de vente ou des showrooms.

 

:: Les spécialistes literie, s’ils progressent encore en 2017, voient néanmoins leur croissance ralentir sur l’exercice. Les ouvertures de points de vente pour les enseignes nationales auront été moins nombreuses, ce qui pèse sur les performances du circuit. Devant ce ralentissement de la croissance, certains cherchent déjà des solutions alternatives pour faire remonter le panier moyen, notamment en proposant aux clients des offres de location avec option d’achat, avec un certain succès semble-t-il.

 

Ressources Internet